Raices del Nogal
Non classé

Les Moxas

Les moxas, un des moyens de la « Méthode des aiguilles et moxas», sont plutôt de « l’igniponcture » (ignis: feu,  ponctura: piqûre) que de l’acuponcture. Mais la sensation éprouvée st si souvent assimilée à la piqûre que l’expression n’est pas entièrement fausse. (Le mot vient du japonais mogusa, dont la prononciation japonaise à la chinoise est kyu. Le son chinois étant tsiou).

Les moxas sont moins puissants que les aiguilles. Ils sont cependant plus effectifs, à condition de les répéter, d’abord pour les personnes affaiblies : convalescents épuisés, vieillards, enfants. Ils sont également plus effectifs dans les maladies par l’humidité ou le vide : rhumatisme, anémie, etc. Au Japon, où le climat est très humide, on les préfère pour beaucoup de cas.

Ils sont néfastes dans l’inflammation, congestion, chaleur, etc.

_DSC0001_stitch

Les moxas se font avec de la poudre d’armoise (artemisia sinensis ou urens, variété d’absinthe) ou des agglomérés genre amadou, faits avec de feuilles et fibrilles de cette même plante.

En Chine, la poudre est mise en petit cône dans le trou d’une pièce de monnaie (qui protège le tour du point) et enflammée à l’aide d’une loupe ou d’une allumette. La poudre flambe d’un jet comme le lycopode.

Au japon, on s’est servi longtemps de bâtonnets d’amadou d’armoise appliqués par-dessus une ou plusieurs épaisseurs de papier fin pour atteindre 60°. Plus récemment, on a inventé un appareil pour projeter les ions d’armoise en chauffant sans risque de brûler.

L’armoise constitue donc un élément que s’ajoute à la chaleur. Chinoise et Japonais y attachent ne grande importance.

Les expériences faites à Paris montrent que la chaleur, à elle seule, est déjà effective. La difficulté de se procurer de l’armoise a conduit à employer une pièce de métal (étui à thermomètre : vide) trempée dans l’eau qui vient de bouillir. Un attouchement rapide, répété trois à cinq fois de suite, donne l’effet cherché (la pièce étant réchauffée à chaque fois dans l’eau et séchée sur de l’ouate pour obtenir de la chaleur sèche).

On recommande de brûler d’abord en haut, puis en bas ; d’abord le yang, puis le Yin.

« Precis de la vraie acupuncture chinoise » George Soulié de Morant Mercure de France Paris 1964

Soulie-De-Morant-Georges-Precis-De-La-Vraie-Acuponcture-Chinoise-Doctrine-Diagnostique-Therapeutique-Livre-667803930_ML

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s